Retour sur l’action des couturiers bénévoles

2 votes

Ils se sont pliés en quatre pour en découdre avec le virus !

Dès les premiers jours du confinement, un article du quotidien Charente Libre était consacré à Karine ARRAMY qui faisait don des masques qu’elle cousait…

Inspiration

La lecture de cet article a immédiatement inspiré Michelle CHAMBELIN. Cette habitante de Cognac, successivement culottière giletière pour l’Armée, costumière de théâtre, formatrice au métier de couturière dans un centre de réinsertion et selon ses propres mots « bricoleuse touche-à-tout », a souhaité apporter son aide. Elle a été la première à se faire connaître ! En effet, dans le même temps, un article invitant les couturières bénévoles à mettre leurs compétences au service de la collectivité a été publié sur la page Facebook et le site Internet de la Ville, puis relayé par la presse.

Organisation

Ce fut le point de départ d’un véritable réseau de solidarité, mis en place en un temps record. Certains ont donné de leur temps, d’autres ont utilisé leurs machines à coudre, mis à disposition leur savoir-faire, donné du tissu, de l’élastique… Une organisation sans faille a vu le jour : récupération des matériaux, découpe, couture, lavage, repassage, emballage, étiquetage, distribution, chacun et chacune ont joué leurs rôles et continuent d’ailleurs à s’investir.
Les couturières de l’Association « La Griff’ du chas », connues aussi pour deux belles éditions des puces des couturières à Cognac, ont rapidement rejoint le mouvement. L’idée de fabriquer des masques trottait déjà dans leurs têtes avant même le début du confinement. Isabelle BOUTIN, membre de l’association, psychomotricienne de profession aujourd’hui retraitée, s’est lancée sans compter ses heures dans la production de masques. Pour elle, l’aventure a commencé en équipant les personnes fragiles de son entourage. C’est tout naturellement son envie d’aider les autres qui l’a poussée à continuer et, de son propre aveu, lui a aussi permis de s’occuper sainement l’esprit et les mains durant cette étrange période.
Chacune son style, sa personnalité, le point commun qui les a rassemblées est sans aucun doute le don de soi pour les autres.

Merci !

La diffusion du générique de fin n’est pas encore de mise puisque certaines personnes continuent leur production « au cas où »…
Pourtant, il serait injuste de ne pas citer :

Merci aux couturières

Bravo et Merci ! Au nom de la municipalité et de celles et ceux qui ont été équipés grâce à vous.

Plus de 3000 masques ont été confectionnés.
Ils ont permis dès le début du confinement d’équiper les personnes au contact de la population de par leur activité et qui n’arrivaient pas à se procurer de masques : médecins, auxiliaires de vie, personnel du foyer Jeanne d’Arc, personnel d’une entreprise de nettoyage, commerçants des Halles et du marché du Champ de Foire.

En parallèle, la Ville a fait l’acquisition auprès d’une entreprise de Dordogne de 575 mètres de coton et de 4 kilomètres d’élastique. Le tissu a été découpé par la société SAFRAN (soit 10 000 masques) dont 2000 ont été cousus par des volontaires de cette même entreprise. Le reste de la fabrication sera confié à une entreprise d’insertion.