Les personnalités célèbres

6 votes

Outre François 1er, diverses personnalités françaises nées ou ayant vécu à Cognac ont marqué l’histoire, notamment l’un des pères de l’Europe, Jean Monnet.

Retour SommaireFrançois 1er (1494-1547)

Fils de Charles, comte d’Angoulême, François d’Orléans naît le 12 septembre 1494 au château de Cognac, aujourd’hui Château François 1er. Il y passe sa petite enfance avec sa mère Louise de Savoie, son père étant décédé à son premier anniversaire. La cour de Cognac vit à l’italienne : musiciens, comédiens, poètes -parmi lesquels Clément Marot- y courtisent à leur aise.

Le 25 janvier 1515, François 1er est sacré Roi de France à Reims et remporte, la même année, la célèbre bataille de Marignan. François 1er fut un roi guerrier. Il combattit, son règne durant, son très ambitieux adversaire, Charles Quint.

Mais il fut surtout le roi de la Renaissance française, protecteur des arts et des lettres, celui qui rassemblait les œuvres des plus grands artistes italiens de l’époque (Léonard de Vinci, Raphaël… ). Grand collectionneur, il fut aussi un grand mécène en particulier pour l’architecture.

Par son ordonnance de Villers-Côtterets du 10 août 1539, François 1er peut être considéré comme le précurseur de ce qui deviendra officiellement l’état civil en France : Cette ordonnance rendait obligatoire toute déclaration de naissance, mariage ou décès en langue française auprès des curés des paroisses, qui devaient dès lors constituer les registres paroissiaux.

Durant son règne, il n’oublia pas sa ville natale à laquelle il accorda, dès 1515, des privilèges portant exemption de toutes tailles et emprunts, de toute imposition à jamais tant qu’il y aurait un roi en France. Il fait de Cognac un lieu d’importance politique lorsqu’en 1527, il signe le Traité de Cognac ou Sainte Ligue avec le Pape Clément VII, l’Angleterre et les États d’Italie pour mettre fin aux guerres qui secouaient l’Europe depuis 1494.

Retour SommaireJean Monnet (1888-1979)

L’homme, bien connu en Europe, est né le 9 novembre 1888 à Cognac, ville cosmopolite et ouverte sur le monde grâce au commerce des eaux de vie. Issu d’une famille de négociants, Jean Monnet passe sa jeunesse et son adolescence dans le Cognaçais et sera marqué par ses racines charentaises qui l’inspireront tout au long de sa vie (il le revendique notamment dans ses Mémoires ).

Après avoir travaillé à l’international pour l’entreprise familiale, il occupe des fonctions aussi diverses qu’importantes, notamment Secrétaire général adjoint de la Société des Nations de 1919 à 1922. Ses nouvelles activités, à nouveau orientées vers les affaires et la finance internationales, le mènent dans les Pays de l’Est, aux États-Unis et en Chine jusqu’à l’approche de la Seconde guerre mondiale. A l’issue de celle-ci, il est chargé du premier Plan français de modernisation et d’équipement au ministère de l’économie et du commerce.

Dans les années cinquante, il présente à Robert Schuman le projet de Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier (CECA), validé sous le nom de « Plan Schuman ». Il crée le Comité d’action pour les États-Unis d’Europe et inspire largement le Traité de Rome signé en 1957. Décédé en 1979, Jean Monnet entre au Panthéon en 1988, à l’occasion du 100e anniversaire de sa naissance.

L’image de Jean Monnet reste très présente dans sa ville natale : une des places centrales et un lycée portent son nom ; le « Prix Jean-Monnet » du Salon des Littératures Européennes récompense, chaque année, un écrivain européen traduit et publié en français.

Retour SommaireLouis Delâge (1874-1944)

Né à Cognac en 1874, d’une famille très modeste, cet ingénieur des Arts et Métiers travaille d’abord chez Peugeot. A 31 ans, il crée sa société à Levallois-Perret et fonde sa propre marque automobile. Les « Delâge » étaient célèbres pour leur ligne élégante et leur robustesse : c’est d’ailleurs une « Delâge » qui fut choisie pour représenter le « bon goût français » à l’exposition universelle de New-York en 1939. Louis Delâge, philanthrope, accorde dès 1913 une semaine de congés payés à ses ouvriers alors qu’ils ne sont devenus obligatoires par la législation française qu’en 1936.

Les voitures s’illustrèrent sur les circuits du monde entier avec, notamment, un titre de champion du monde en 1927. Le dernier véhicule de la marque est sorti en 1953.

Louis Delâge s’est éteint à l’âge de 70 ans ruiné mais heureux « ayant tout possédé, puisqu’il avait tout perdu », comme il se plaisait à dire.

Retour SommaireClaude Boucher (1842-1913)

Claude Boucher, né à Blanzy, intègre dès son jeune âge la verrerie où travaille son père avant de diriger sa propre verrerie en Vendée. En 1878, il s’installe à Cognac où il achète la verrerie du Faubourg Saint-Martin.

Ce cognaçais d’adoption invente, en 1898, après six années de recherches, une machine qui va révolutionner l’industrie verrière : la machine à travailler et à souffler le verre. Sa verrerie de Saint Martin devenue trop petite, il la ferme pour en ouvrir une autre, à la mesure de ses ambitions, dans le quartier Saint-Jacques. Les bénéfices tirés de son invention et de son usine feront de lui un homme riche. Cette invention, en augmentant considérablement la production de bouteilles, permet surtout l’essor du commerce international des vins de Bordeaux et de Bourgogne et, bien sûr, des eaux-de-vie de Cognac. Les brevets de fabrication de la machine Boucher furent vendus dans le monde entier.

Claude Boucher meurt à Cognac le 13 novembre 1913. Un buste en plâtre de l’inventeur, datant de 1923, est exposé au Musée des arts du cognac.

Retour Sommaire

Bibliographie

Dictionnaire biographique des Charentais et de ceux qui ont illustré les Charentes.Coordonné par François Julien-Labruyère. Paris : Le Croît Vif, 2005.

Ville de Cognac. Regards sur Cognac. Impr. Maury, 1982.

Groupe de recherches et d’études historiques de la Charente saintongeaise. François 1er du château de Cognac au trône de France : Actes du Colloque du 500e anniversaire de la naissance de François 1er. Colloque organisé par le GREH, à Cognac, septembre et novembre 1994. (Annales du GREH, N°16, 1995)

Lange, Alain. Louis Delâge (1874-1947), industriel et champions automobile, précurseur des congés payés. In : Bulletin de l’Institut d’histoire et d’archéologie de Cognac et du Cognaçais, tome III, N°6, 1978, pp.47-49.

Site internet des amis d’hérodote : http://www.herodote.net

Dans la même rubrique...